Kingdom's Gulf

Entrez dans l’Angleterre d'autrefois, entre riches familles et viles créatures qu'allez-vous choisir ? Le bien ou le mal ? Venez explorer toutes les facettes de se pays
 

Partagez | 
 

 A new life ~~ (event n°2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angela Kyumi
co-fondatrice
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 10/06/2011
Age : 23
Localisation : La ou le vent me porte ~~~~


Feuille de personnage
Age:: 18 été ou printemps, comme bon vous semble
Profession::
Relations:

MessageSujet: A new life ~~ (event n°2)   Lun 28 Mai - 16:51

J’étais enfermé à l’intérieur de l’école, je n’avais rien d’autre à faire que décrire des lettres, non rien du tout, si je pouvais regarder le paysage de désolation qui faisait rage à l’extérieur, mais j’en avait déjà que trop vu, je me mettais à mon bureau, à un bureau, prenant ma plus belle plume et de l’encre je cherchais l’inspiration. J’allais me moquer, jouer de cette situation, c’était diabolique, oui, je le savais parfaitement, mais j’allais tirer profit de ça, de cette situation, je rigolais toute seule devant ma feuille, j’allais m’amuser, jouer et rire, cette lettre allait être multifonction.

« Une personne de haut rang se doit de recevoir une éducation dite de se nom »

Mère, père, cela je ne pouvais pas l’oublier, non jamais, pendant tout ce temps vous n’avez cessé de me le dire, c’était pourquoi j’étais dans la meilleure école du pays, l’école pour noble de Coventry, là ou seul les plus intelligents ou bien les enfants des familles les plus connus se côtoyaient. Une ambiance peu agréable plané à longueur de journée, « je suis le meilleur », voilà quel était les mots qui trainaient à longueur de journée, être le meilleur, se revendiquer être le meilleur, tel était la vie des étudiants ici. Papa, maman pouvait payer, cette école qui était des plus chers, pardon, qui était la plus cher de tout le royaume, alors on se prenait pour les rois du monde. Vous avez toujours ignoré ceci, préférant rester dans votre manoir d’or, bien installé dans vos fauteuils, il est sûre que c’est mieux d’éviter la misère du monde en restant cloitrer bien chez soi, à l’abri de tout avec pour compagnie des gardes, toujours et encore des gardes, avez-vous donc si peur de la mort ? Moi, je trouve la mort fascinante, cette chose qui hôte la vie d’une personne, je me suis toujours demander si une chose ce trouvait après la vie, un jour, j’essayerai, je vous direz comment est l’enfer. J’ai pêché, j’ai été dans le pêcher, seule un esprit diabolique pourrait m’accepter.

Mère, père, vous qui avez toujours pensé que cette école était la meilleure, je crains fort vous décevoir en vous disant que vous vous êtes fait duper, cette école n’a rien de splendide. Bien évidement dehors, d’apparence, elle est élégante, gracieuse comme une jeune rose qui viendrait d’éclore, oui magnifique… Mais le rouge commence à venir, à envahir se paysage qui paraissait idyllique, les canons tonnent, les crient ce font entendre, des cris perçant, restant en musique de fond dans les oreilles, cette peur qui anime les couloirs et les gens, transformant la plus part des gens en marionnettes, d’ailleurs plusieurs fois l’idée de tirer les ficelles m’est venu en tête.

Père, mère, je ne suis pas un pantin, je suis plutôt la marionnettiste, je veux jouer et manipuler les gens à ma guise, comme bon me semble, cette peur venant de l’extérieur, des conflits faisant rage me font jubiler, j’imagine à quel point votre peine doit être immense en voyant le trône de notre reine vaciller, alors que moi je jubile. Je jubile de tout cela, de tous ses évènements qui me font rire au plus au point. Votre tristesse n’a d’égal ma joie. Je rie, oui je rie haut et fort, voyant tout ceci. Comme quoi le monde, ce monde dans lequel nous vivons n’est pas celui que l’on vous a inculqué cher parent. Non, se monde de paie et de prospérité à changé, il n’existe plus, les révoltes prennent le dessus, les temps changent et votre place elle aussi et sur le point de basculer. Vous qui, avec en rang pensiez être tranquille, voici que se temps est révolu, nous passons à autre chose et je compte bien tirer mon épingle du jeu.

Père, mère, vous avez, avec votre comportement fait de moi un monstre, je me tapis actuellement dans l’ombre, attendant et entendant la fin de cette situation, notre reine à voulu faire voter une loi, cependant nous allons la contrait, même si pour le moment seul les étudiants sont touché et manifeste, il n’est pas dur d’embrigader certaine personne en leur promettant môns et merveille qu’ils n’obtiendront en fin de compte jamais, mais l’important c’est de faire croire, comme vous vous faites. La manipulation est de mise dans se nouveau monde, dans cette nouvelle aire qui voit le jour.

Si je vous ai écrit cette lettre, ce n’est pas seulement pour vous montrez, vous décrire ce qui se passe ici, des militaires tirant sur des jeunes adultes promit pourtant à un fabuleux destin, sur ordre de notre majesté, est-ce donc ici tout l’étendu de ses pouvoirs ? Laisses moi en douter mais au vue des morts qui parcourent les rues ensanglanter je pense être en droit de me poser des questions, comme tout le monde ici d’ailleurs. Non, pas seulement, mais pour vous dires à quel point je suis heureuse de voir la reine sur son trône de plus en plus fragile ainsi que vous, sans doute dans l’inquiétude, je devrais pourtant avoir de la compassion à votre égard, père, mère, mais je n’en ai plus, elle a disparut avec mon enfance, je souhaite donc rire de vous, vous qui pensiez être supérieur et qui allait vous retrouver en dessous de tout d’ici peu.



Je ne me donnais même pas la peine de signer la lettre, voilà j’avais bien rie d’eux, mais la situation n’étais pas plaisante pourtant ici…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Bougainville

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 01/11/2011
Localisation : cloîtré dans son logis avec Elliot dans ses pattes =___=


Feuille de personnage
Age:: dans les 26 printemps
Profession:: jouer la comédie
Relations:

MessageSujet: Re: A new life ~~ (event n°2)   Jeu 28 Juin - 10:54

Scarlet jubilait. Toute cette violence... Il n'avait franchement pas fait le coûteux déplacement pour rien ! Des jeunes gens, d'à peine quelques années ses cadets, qui invectivaient des soldats armés jusqu'aux dents ! Tout le mélodrame de l'affligeante société, dévoilé ici sans pudeur aucune aux yeux horrifiés des passants mornes.

Mais pourquoi, pourquoi détourner les yeux, vous qui aimez secrètement jeter un œil avide aux journaux à scandales, aux images chocs et qui espionnez vos voisins agréablement affairés ? Tout ceci n'est que réalité, corps déchirés, âmes perdues, sang et eau pour de la poussière d'espoir.... Cette jeunesse, ce qui pourrait ou est vos enfants, rebelles à cette heure, luttant comme vous n’oserez jamais, pour ces broutilles qu'on nomme amour-propre et fierté ! Ha, la fougue morbide de la jeunesse, ce sang bouillonnant dans les artères élastiques et fragiles, ces petits êtres dont vous pensez si fort que cela s'inscrit sur votre visage que ce ne sont que des inconscients, que la justice vaincra toujours le faible esprit, qui est l'âme la plus malade ci-bas ? Eux, qui défendent idiotement, fonçant comme des agneaux à l’abattoir, ou vous, bétail abêti sculpté par l'éducation, l'étiquette et les on-dit ? Faibles larves, venez que le Grand Scarlet, Dieu parmi par la lie poisseuse de la société, pourrie jusqu'à la moelle par l'argent, vienne apporter sa bonne parole, trier les bons grains de l'ivraie et tous vous fendre le cœur pour ses crimes de couardise ! Regardez, regardez bandes d'idiots dégénérés, regardez en face comme vous êtes faibles, grabataires, et que la génération suivante est frivole, inconsciente ! Vous l'enviez secrètement, honte à vous ! Vous mourrez tous, ayant vendu votre âme à ce diable de souveraine et votre corps à l'argent son disciple.

Poussé par sa verve créatrice de son pamphlet mental, le comédien en maraude était monté au dessus d'une pile de gravats hétéroclites et gesticulait comme un diable. Le canon naturellement attiré par cette tige longiligne rougeaude dansante, les soldats ne savaient que faire de cette intrigante créature maléfique, tandis que les gamins en contre-bas de leur ancienne barricade de bric et de broc restaient éberlués de cet homme qui batifolait avec légèreté sur l'équilibre précaire et sale, plutôt que les maudire du regard ou leur tirer dessus comme tout bon adulte se devait de faire. Mais l’intéressé, à dix mille lieues de là, sur son île de folie géniale et mégalomaniaque, ne se rendait compte de rien et venait de commencer une valse avec de l'air, un sourire de démence pure aux lèvres. Le monde entier était son public, tout le monde se devait d'écouter les paroles de ce Messie psychotique et tant pis pour les autres, ils pourriraient en enfer !

En attendant, les soldats avaient fini par revenir de leur effroi et délaissaient le fantôme écarlate pour revenir à de plus nobles taches, comme estropier d'innocents bambins rebelles, ils ne virent donc pas la longue chevelure de sang disparaître et se retrouver par terre médiocrement avec les reste du corps et la moitié du tas de cailloux précaire. Les rebelles, eux l'avaient vu, ils éclatèrent donc de rire; les soldats ne cherchèrent pas non plus à comprendre lequel d'entre eux avait tiré une bonne dizaine de fois dans la zone ouest alors qu'ils étaient occupés au flan est. Scarlet quand à lui, ayant vidé toutes les munitions qu'il avait eues sous la main pour laver son affront proprement, il se décida à rentrer à l'abri, parce qu'après tout la poussière et le sang avaient fini par abîmer sa chemise et son ego surdimensionné, et c'était inacceptable !

Le jeune homme, après quelques hésitations pragmatiques, se décida pour une petite fenêtre brisée esseulée de ce qui s'apparentait à une salle de classe. De par sa nature assez fine, passer par une telle ouverture relevait de la promenade de santé, sauf..... sauf quand c'était du verre brisé et tranchant qui en constituait les bords. Tout le monde stoppa un instant ses passionnantes activités de massacre pour se demander d'où pouvait bien venir le hurlement proprement inhumain qui venait de retentir dans l'air lourd de la ligne de front ouest. Vous l'aurez compris, Scarlet. Et sa chemise. Enfin ce qui était sa chemise, car une large entaille la redécoupait et la faisait apparaitre comme un chiffon cousu bizarrement désormais. Et accessoirement, Scarlet s'était ouvert la jambe, ce qui le faisait un peu souffrir le martyre.

Il jeta un œil distrait à la blessure, vit qu'ah tiens, c'était bien du sang le truc chaud qui coulait doucement contre sa jambe et.... Du SANG ? Scarlet eut un vertige. La vue du sang le mettait très mal à l'aise, pour une raison qu'il ne semblait et ne voulait pas connaître plus en détail. Des nausées commencèrent à l'assaillir, il titubait, tout devenait flou... Des larmes chaudes étaient montées à ses yeux, il avait peur. Peur de quoi, de qui ? Lui qui fanfaronnait sur scène, qui rivalisait d'audace, ne craignant ni la justice ni les regards et encore moins la mort, preuve tout à l'heure, il tremblait dans le couloir au silence pesant en sanglotant comme un jeune enfant perdu. Il traînait péniblement comme une âme damné son corps, laissant de petits disques rouges aux contours irréguliers sur le sol. Une échappatoire, vite ! Là, une porte.

Clopin-clopant, le pauvre Scarlet, chemise en lambeaux sous le bras, pantalon éraflé et jambe sanguinolente, tremblant et gémissant, entra dans le pièce. On aurait dit qu'il venait de réchapper à la fin du monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

A new life ~~ (event n°2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» 06. My life would suck without you (part II)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom's Gulf :: Le RP avec Kingdom's Gulf ♠ :: Coventry :: Ecole pour les nobles-