Kingdom's Gulf

Entrez dans l’Angleterre d'autrefois, entre riches familles et viles créatures qu'allez-vous choisir ? Le bien ou le mal ? Venez explorer toutes les facettes de se pays
 

Partagez | 
 

 Et BOUUMM!!!! [PV Ny']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zack Adhams
Militaire
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 27/11/2011


Feuille de personnage
Age:: 20 ans
Profession:: Militaire
Relations:

MessageSujet: Et BOUUMM!!!! [PV Ny']   Mar 12 Juin - 14:19

Le sang, les pavées rouges, la triste mélodie des canons tonnant à tout bout de champs, de pauvres restes de corps humains, des morceaux de pieds, de mains, ou autres tellement décimé, criblé de coup d’épée de balle de fusil, non il n’était plus possible de définir quelle parties de corps était-ce. Des cris, des hurlements des appels à l’aide, au loin l’armée ennemie, galopant sur leurs chevaux dans notre direction et nos lignes de front décimé, ne ressemblant plus à grand-chose, nous allions perdre, perdre une bataille, non pas seulement la guerre aussi, nous allions devoir sortir le drapeau blanc, les soldats mourraient uns par un, ils disparaissaient sous mes yeux impuissant, remplie de larme et de compassion à leurs égard, sans pouvoir agir. Nous, nous qui rêvions à nos heures perdu d’aller au paradis, seul l’enfer pouvait nous accorder repos, nous péchions tout les jours et pas un prêtre ne pouvait nous le pardonner. Priant le soir, lisant la bible à ses soldats bien méritant, mais à quoi cela pouvait-il servir ? A rien, nous étions déjà perdus, le cœur noir, noir de tous ses crimes de toutes ses vies que nous avions hotté.

-Cauchemar !!!

Je me réveillais brusquement, j’étais en sueur, elle dégoulinait le long de mon front, je tremblais, j’étais comme paralysé, ma respiration était saccadé et très rapide. Encore une fois je venais de faire un cauchemar, toujours le même, non je n’étais pas sur un champ de bataille, mais dans mon lit en train de revoir, de visualiser les horreurs, les atrocités que j’avais vue, ou bien pire fait subir. Cela ne faisais pas longtemps que j’étais rentré de mon dernier combat, de mon dernier champ de bataille, jamais auparavant je n’avais vue pareil boucherie, les corps des défunts soldats entassé les uns sur les autres comme de vulgaire chien, oui, le monde changeait bien. La paix et la prospérité d’autrefois n’était plus là, la révolution ? Juste un soulèvement ? Je ne savais pas mais je tuais, tuais des hommes comme moi, des femmes ainsi que des enfants tenant déjà les armes tandis que les parents les regardaient tout fière.

J’étais un monstre, je n’étais plus moi, se dernier champ de bataille, m’avait choqué, bouleversé, je ne voulais plus voir sa, plus jamais subir cela. Non, je ne pouvais pas le supporté, je n’avais pas signé pour faire de tels acte de barbarerie. Je n’étais plus un être humain, je m’étais transformé en un monstre, un monstre tuant quand on lui demandait, suivant les ordres sans broncher de son général, de sa reine, de son altesse royal.

Oui, j’étais dans mon lit, loin de tout sa, mais pourquoi, pourquoi je n’arrivais pas à oublier ? Je n’arrivais pas à me sortir ses images de la tête, cette odeur de sang qui me suivait partout, j’avais beau me laver, frotter, frotter, frotter toujours plus fort, rien, je n’y arrivais, cette odeur me suivait ou que j’allais. Je me levais, sortais de mon lit, toujours en sueur, quel moment de la journée on était ? Depuis combien de temps étais-je enfermé ici ? Je ne savais pas, je ne savais plus, j’avais oublié, le temps c’était arrêté. A travers les rideaux mal fermé, mal mit l’un sur l’autre je pouvais voir le jour, le soleil, cette chose jaune qui était sensé réchauffer l’atmosphère mais aussi les corps.

Je regardais par la fenêtre, pas de sang, pas de hurlement, juste des cris des enfants des environs, des gens passaient l’air de rien et moi, j’avais le regard fuyant, vide, je n’avais pas la tête ici, non pas ici, mais ou ? Tel était la question, moi-même je ne savais pas. Je décidais de sortir et pour se faire, je m’habillais et oui, je n’allais pas sortir en caleçon cela était tout de même un peu limite. Depuis que j’étais rentré je n’étais pas sortie, restait à espérer que cela allait me porter chance ce qui n’étais pas gagné. Je ne prenais pas la peine de prendre une chose à grignoter pourtant j’avais faim mais je n’avais pas le cœur à manger. En fait j’avais le cœur à rien…

Après avoir descendu les marche qui me séparait de l’extérieur, je me retrouvais dehors, dans la rue, le soleil tapant sur ma tête, je levais ma tête quelques secondes dans sa direction afin de l’observer, il était si haut, il semblait si loin mais tellement près par certains côtés. Je marchais sans but précis, je ne regardais pas vraiment ou j’aillais, je n’avais pas forcément besoin non plus, je connaissais les chaque rues de cette ville, de se lieux ou j’avais vu le jour. Pas après pas j’avançais, tournant d’une ruelle à l’autre, allant d’un côté puis de l’autre, je regardais les pavés rouge défilaient à la vitesse ou je marchais, pour moi le rouge signifiait le sang et rien d’autre, amour passion avait disparut de mon esprit je ne voyais que le rouge sanguinaire, rouge haine.

Quand je relevais enfin ma tête je voyais de la verdure, avais-je tant marché ? Il fallait le croire, des arbres, du vert, toujours du vert, des fleurs pas si par là mais surtout du vert. Vert, le tenu que je portais lors des combats, ses combats que je ne supportais plus mais je n’avais pas le choix, ma carrière avait intérêt à vraiment en valoir le coup. J’étais donc arrivé à la forêt, cela faisait bien longtemps que je n’étais pas venu ici, des mois, des années ? Je ne savais plus, en me concentrant je pouvais humer cette bonne odeur de pollen, oui je faisais partie des rares fous qui aimait bien, les plantes, la nature et surtout… le calme. Rare était les personne qui venait ici, un lieu de calme et de tranquillité, j’étais bien content de me trouver dans cette belle forêt.

J’avançais dedans, regardant toujours mes pieds, non le sol n’était pas si beau que sa et ce qui devait ce produire arrivait. Sans le vouloir sans faire attention, je heurtais quelque chose, enfin je croyais que c’étais qu’un simple objet se trouvant là par mégarde, oublié dans un moment d’inattention. Je me trompais, je venais de me heurter dans une personne, tout était de ma faute, j’étais vraiment inexcusable et je m’en voulais. Je ne tombais pas par terre car j’avais eu carrure assez développer en rechange la personne qui était en face de moi disait bonjour au sol de près, je la regardais, c’était une femme et lui tendais ma main ;

-Excusez moi, je suis vraiment désolé, je ne regardais pas ou je marchais…

(ps, plus cours que sur enfer xDD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyteshade

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 19
Localisation : Tout prés


MessageSujet: Re: Et BOUUMM!!!! [PV Ny']   Sam 16 Juin - 18:28

Une femme, cette femme était tout de blanc vêtu, elle parlait, elle me parlait à moi, elle tendait la main vers moi, elle disait toujours la même chose, elle l'envoutait, elle envoutait Ny', cette femme avait de beaux cheveux noirs, noirs ébénes, elle avait de grands yeux bleus, elle répétait toujours ces même paroles :" Viens, mon enfant...viens...", elle marchait, elle avançait, elle avançait vers elle, elle avançait vers Ny', Ny lui tendais la main, l'attendant, le regard vide, La femme lui saisit la main et à cet instant, Ny' éprouva un grand vide :" Maintenant tu est à moi..." Dit la femme en blanc avant de se jeter sur elle...qui se réveilla en criant, un grand cri strident, elle suait, beaucoup, elle regarda aux alentours et vu une photo, à côté d'elle, c'était elle, cette femme, sa mére...Elle prit la photo et la balança violemment sur le mur :"Putain, encore ce putain de rêve !"

Ny' se leva, en vitesse, quelle heure était-t-il ? Elle ouvrit grand les volets, le soleil était là, ça faisait longtemps qu'il avait disparu et maintenant le revoilà, comme par miracle...Elle refermit violemment les volets :" Putain de famille...!"
Il était tard, elle avala quelque chose de consistant, histoire de ne pas avoir faim, elle s'habilla à la hâte, ça faisait 3 jours qu'elle portait les mêmes vêtements et 3 jours qu'elle faisait ce même rêve....., elle mit son t-shirt et une jupe, elle se peigna et pour une fois, laissa ses cheveux détachés, elle était trés jolie, si elle ne tirait pas une tronche pareille, elle le serait encore plus, ses yeux vairons lui apportaient aussi un certain charme.

Elle sortit de son appartement, ne le fermant pas à cléf, de toute façon, il n'y avait absolument rien à voler dedans... Elle se mit à marcher, pour aller ou ? Elle même ne le savait pas, elle irait la ou le vent l'emportera, elle ira jusque là ou ses pieds pourront aller, elle marchait, regardant droit devant elle, elle avait le regard vide, elle ne pensais à rien, elle ne faisait plus attention à ce qui se passait à côté d'elle et pour tout dire, s'en fichait royalement. Quand elle sortit de ses pensées, il n'y avait que du vert à perte de vue, il y avait des arbres, de l'herbe, il faisait doux, le soleil était assez masqué par les immenses arbres, pour la premiére fois depuis plusieurs semaines, elle sourit.
Elle marchait, elle continuait, l'herbe était douce, on aurait l'impression de marcher sur des coussins...

Puis un choc, elle se cogna la tête, la tête contre quelque chose de dur, quelque chose de dur et de mou en même temps, elle fut surprise, elle tomba sur l'herbe, l'herbe si douce, si apaisante, puis elle leva la tête pour voir ce qui l'avait percuté, ce n'était pas un chose mais bien un être humain, c'était un homme, un bel homme même,elle ne pouvait pas estimer son âge mais il était trés beau, il lui tendit la main :

-Excusez moi, je suis vraiment désolé, je ne regardais pas ou je marchais…

Ny' n'avait plus l'air contrariée.., elle avait l'air...surprise, elle prit la main de l'homme et se releva, elle plongea ses yeux vairons dans les yeux de l'homme :

Je....Merci..Ce n'est pas grave, de toute façon, je suis tombée de bien plus haut que ça !

P.S : T'es avec quelqu'un dans le perso de Zack ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Adhams
Militaire
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 27/11/2011


Feuille de personnage
Age:: 20 ans
Profession:: Militaire
Relations:

MessageSujet: Re: Et BOUUMM!!!! [PV Ny']   Dim 17 Juin - 16:27

Je la regardais, c’était une femme, depuis combien de temps n’en avais-je pas vu ? Je ne savais me souvenir, je ne voyais que des hommes, oui toujours et encore des hommes, vivants ou bien mort, peut importait, mais ils étaient mort, inertes, leur corps ce trouvaient sans vies. Toujours la même vision, qui ne voulait partie, qui ne voulait s’effacer et pourtant je faisais des efforts, oui, non en faisais-je ? Je ne savais même plus, à vrai dire, non je n’en faisais pas, j’avais cessé d’en faire, oui j’avais cessé et depuis un long moment. Je ne lui parlais pas et me contentais de l’observais, de la tête au pied, oui c’était bien une femme. Elle était belle du moins c’est ce que je pensais, j’avais perdu la notion de beauté et bien d’autre chose dans tout ses combats, dans tout ses massacres. Je ne savais pas quoi lui dire, alors je ne disais rien, je ne voulais pas parler non plus, à quoi bon parler ? A rien…

C’était de ma faute et je l’assumais, je préférais assumer une chute plutôt que des centaines de mort au moins je pouvais en dormir alors que la mort d’une personne n’est pas facile à oublier, pourtant je devais avoir l’habitude, du moins c’était ce que les gens pensaient. Mais comment s’habituer à la mort d’une personne ? Non cela n’était pas possible pour moi. Chaque personne avait de la famille, comment expliquait à cette famille les raisons d’une mort ? Mort, mort, invalide, je n’avais pas arrêté d’entendre ses mots, c’était d’ailleurs les dernières paroles que j’avais entendu, depuis je m’étais enfermer dans mon monde, n’oubliant pas de bien en fermer la porte.

Je la regardais et pourtant je ne voyais son visage, elle me regardait également, alors pourquoi je ne voulais pas le voir ? Etait-il temps que je sorte de mon monde, que j’ouvre la porte ? Je ne savais que faire, que choisir et si j’entendais des canon chanter en parfaite harmonie ? Si je n’étais pas bien rentré et que tout cela, toute cette nature n’était que le fruit de mon imagination ? Je décidais tout de même de prendre le risque, je n’avais plus rien à perdre de toute façon, je ne possédais pas de cartouche, pas de balle, alors je ne pouvais rien perdre car c’était les seules choses sur un champ de bataille que l’on pouvait perdre en ayant peur, notre propre vie passant en dernier. J’entrouvrais cette porte, cette porte que j’ouvrais et la seule chose que je percevais n’était pas des coups de canons, ni des hurlements, mais une vois, une vois douce et chaleureuse ;

Je....Merci..Ce n'est pas grave, de toute façon, je suis tombée de bien plus haut que ça !

Alors c’était ainsi une voie de femme ? Je devais bien avouer que ce n’était pas désagréable à écouter, une douce mélodie, une très douce mélodie calme qui faisait du bien à mes oreilles. Je percevais enfin son visage, elle était assez belle, je pensais qu’il y avait mieux et pire, j’avais vraiment perdu toute notion, beauté, sentiments, goûts, qu’était-ce ? De simple ressentit qui pouvaient nous gâcher la vie et je ne voulais pas m’encombrer de ça, non je ne le désirais pas, je ne savais pas ce que je désirais en revanche, je savais à la perfection ce que je ne voulais pas et c’était vivre aves ses choses, qui dit sentiments, dit souffrance, simple logique que personne ne pouvait contredire. J’avais assez souffert comme ça, je laissais maintenant une autre personne prendre pour moi, oui je savais que cela n’étais pas sympathique, cependant j’avais également perdu une partie de ma sympathie. Je ne savais que dire à cette femme, ou du moins cette jeune qui ce trouvait devant moi et qui prenais ma main. Je l’aidais donc à ce relever, essayant de contrôler ma force, je n’avais plus l’habitude de faire ce genre de chose, ses mouvements qui pourtant étaient tout simple, tout bête, je ne savais pas combien de force je venais de mettre, j’espérais seulement ne pas lui avoir fait mal.

Tombé de bien plus haut ? Personnellement, j’étais tombé de haut, mais pas dans le même sens et j’étais arrivé bien pas désormais, certes je ne pouvais pas tomber plus bas tel était le côté positive si je pouvais dire, oui, je pouvais le dire et je venais de le dire. Elle me regardait, je la regardais en retour, il fallait que je réponde ? Oui, il le fallait, question de politesse. Maintenant qu’elle était debout, qu’elle tenait sur ses deux jambes, j’enlevais ma main de la sienne pour la remettre dans sa poche d’origine, pourquoi me regardait-elle ? Je ne comprenais pas, elle était plus petite que moi et elle semblait également plus jeune, ses cheveux étaient détaché, lui tombant le long du cou et du dos, mais je ne savais pas ou ils s’arrêtaient dans son dos vu que je la voyais de face.

-Vous allez bien mademoiselle? Rien de casser ?

Je me contentais de lui poser ses deux questions, par habitude à chaque fois que je voyais un corps tomber, toucher le sol il ne se relevait jamais à moins d’un miracle bien entendu, mais les miracles étaient tellement rare, bien trop rare d’ailleurs, mais je ne pouvais rien y changer, je n’étais pas là haut, parmi les anges et les nuages. Alors imaginez comment je la regardais, comment je pouvais voir cela. J’avais vraiment tout perdu sur le champ de bataille, toute ses habitudes, toutes ses choses de la vie, je me demandais si un jour je pouvais redevenir normal, comme cette fille qui ce trouvait devant moi ? J’en doutais fortement, je n’avais plus d’âme, elle était au diable, je n’étais plus qu’un souvenir, plus qu’un corps vide, une machine de guerre simplement bonne à appuyer sur la gâchette quand cella était nécessaire. J’étais dans mes pensées et quand j’en sortais je remarquais que je la regarder toujours, était-ce mal ? Bien ? Je ne savais pas… Je ne savais plus faire la différence, je baissais mon regard et mettait mes mains au niveau de mes hanches, paumes face à moi et je les regardais, je ne savais même plus pourquoi, mais je les regardais. Cette jeune femme devait me prendre pour un fou, mais comment je pouvais lui en vouloir si elle pensait ceci ? Je ne pouvais…

-Un corps vide…

Je ne savais pas pourquoi je disais ses mots, ils étaient sortie tout seul, sans que je m’en rende compte, non en fait je ne m’en étais pas aperçu, continuant de regarder mes mains, non je ne les contemplais pas, c’était juste de simple mains, je me demandais juste combien de personne j’avais tué en appuyant sur cette chose, sur cet objet appelé gâchette… J’avais peur de savoir combien de personne étaient morte par ma faute, la somme devait être bien trop grande, bien trop impressionnante, des dizaines, des centaines ou bien des milliers ? Et si cette fille… et si… et si par malheur je venais à lui faire quelque chose, à lui faire du mal sans le vouloir, sans en faire expert ? Après tout, je venais quand même de a faire tomber. Je n’avais pas de pulsion de meurtre, pas l’envie de tuer bien au contraire, mais j’en avais l’habitude, je passais mon temps à sa… alors… de quoi j’étais capable ? Je n’en savais rien…

(PS, tu es obligé de tout lire si tu veux comprendre et pouvoir bien répondre 8D, oui j'en ai fait exprès ^^")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyteshade

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 19
Localisation : Tout prés


MessageSujet: Re: Et BOUUMM!!!! [PV Ny']   Dim 17 Juin - 18:32

[ J'ai la tête qui tourne xD ]

Il mit un temps à lui répondre, il semblait perdu dans ses pensées, sûrement des pensées douloureuses..., il avait un air triste et il semblait étonné mais étonné de quoi ? De voir une fille aux yeus vairons ou de voir une fille tout court...?

Je....Merci..Ce n'est pas grave, de toute façon, je suis tombée de bien plus haut que ça !

A peine avait-t-elle ouvert la bouche qu'il semblait être encore plus étonné :" N'avait-t-il jamais entendu une voix de femme ?

-Vous allez bien mademoiselle? Rien de casser ?

Rien de casser....Non mais franchement, ils s'étaient juste rentrés dedans...Il avait complétement perdu la notion du bien et du mal ? Il avait un regard vide, Nyteshade le regardait, elle le regardait comme envoutée, elle le regardait de ses grands yeux vairons.
Elle mit quelque temps à répondre...

Je vais bien, merci... Je ne me suis rien cassée, de toute façon, je n'aurais pas eu mal, je ne ressens presque pas la douleur...

Puis, il baissa le regard et regarda ses mains, ses mains...elles étaient moites..., c'était des mains que l'on avait beaucoup utilisés. Nyteshade l'observa, il n'avait aucune armes, aucunes balles pourtant, il ressemblait à un soldat, non, c'était sûr, cette façon de rester dans ses pensées, cette façon de lui demander rien de casser, il avait du tuer des gens, beaucoup de gens, puis, il sortit des mots, des paroles, d'un ton neutre, vide, il devait répéter ses pensées à voix hautes, il disait :"

Un corps vide...

Il avait sorti ça et continuait de regarder ses mains, toujours perdu dans ses pensées, Ny' le regardait, puis elle mit ses mains autour de lui et se colla contre lui, comme pour prouver quelque chose, elle resta coller à lui puis elle déclara, sur un ton chaud, chaleureux...:"

Un corps vide...? Non, le miens est rempli de chaleur, de douceur, mon corps est loin d'être vide, sentez, je suis collée contre vous, ne sentez-vous pas de la chaleur, vous ne la sentez pas ?...Vous n'êtes pas non plus dans un lieu vide, vous êtes dans un lieu plein de verdure, un lieu chaleureux, acceuillant, ici, nous sommes seuls, regardardez le sol, est-t-il rouge, est-t-il plein de sang et de corps ? Non, il est vert, d'un vert éclatant, vert comme la vie, même les arbres regorgent de vie, regardez autour de vous, videz-vous l'esprit, regardez, regardez....."

En disant ça, elle restait collée contre lui....[Tzzz]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Adhams
Militaire
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 27/11/2011


Feuille de personnage
Age:: 20 ans
Profession:: Militaire
Relations:

MessageSujet: Re: Et BOUUMM!!!! [PV Ny']   Mar 19 Juin - 17:53

Je revenais à moi, du vert, oui du vert, pendant cette instant perdu dans mes pensées j’en avais oublié le lieu ou je me trouvais. Du vert, de l’herbe, des arbres, des branches, des fleurs, ah oui j’étais dans la forêt. Je regardais toujours mes mains, du sang, je voyais le sang qui coulait sur elle, je le voyais alors qu’il n’y avait plus rien, je ne m’étais pas assez laver les mains. Frotter, frotter, je voulais oublier, oublier le passer, si seulement cela était aussi simple, oui si seulement… Soldat, oui j’étais un soldat et même si je le voulais je ne pouvais rien y changer, cette feuille je l’avais signé, oui j’y avais gravé à vie ma signature ou plutôt à mort. Les chances étaient mince que je finisse de mourir par vieillesse, à la place de sa, j’allais mourir comme tout les autres sur ses terrains remplis de soldat, remplis de vie humaine, oui tel était mon destin…

Je relevais mon regard, ha oui une femme, une belle jeune femme devant moi. Je n’éprouvais pas vraiment d’attirance pour elle, en fait, je ne savais pas ce que cela voulait dire. J’avais depuis ma plus tendre enfance, passer plus de temps à devenir un bon soldat, d’abord sous les ordres de mon père avant que celui-ci ne décède, après par moi-même et enfin dans l’école pour militaire que flirter avec les demoiselles. Je ne savais donc rien sur elle, sur leur manies, leur attitudes et puis bon… pourquoi je devais changer pour une personne de sexe opposé ? Je n’en voyais pas l’utilité, elle était une parfaire inconnu, d’ailleurs même si cela faisait longtemps que je la connaissais, je n’avais que faire. Je ne m’intéressais pas aux filles, la seule chose qui m’importait était ma propre vie, elle n’avait rien de super, j’en étais bien conscient, à part faire le mal je n’avais pas fait grand-chose, mais… Je voulais rester en vie, vivre, vivre en espérant un jour que ces combats cesseront un jour, même si l’espoir était mince.

Par reflexe je lui tendais une main, oui, pour une poignée de main, mettant l’autre dans la poche, allait-elle la prendre ? Rien n’était moins sûre, mais bon, elle faisait bien ce qu’elle voulait, je n’avais que faire. Je me souvenais maintenant, je lui avais posé une question. Je ne savais pas si elle avait répondu ou pas, mais si tel était le cas je n’avais pas entendu la réponse, du moins si, je l’avais entendu, juste pas mémorisé, j’étais ailleurs à se moment là, dans mes pensées, mes pensées les plus profondes et qui tournaient toujours autour du même sujet. Pourquoi je n’arrivais pas à me défaire de ses visions ? Pourquoi même quand j’étais autre part comme ici, je n’y arrivais pas ? Je ne pouvais pas c’était plus fort que moi. Chaque paroles, chaque pensées, chaque objet et chose me faisaient toujours penser à la guerre même si au départ il n’y avait pas de rapport, au final, j’en trouvais un. J’avais ma réponse, non elle n’avait pas encore répondu, pour la deuxième fois j’entendais sa voie ;

Je vais bien, merci... Je ne me suis rien cassée, de toute façon, je n'aurais pas eu mal, je ne ressens presque pas la douleur...

Elle n’avait rien, rien de casser, pas de sang sur son corps, rien, j’étais soulagé de le savoir et je laissais un soupir de soulagement sortir de ma bouche. Je me demandais ce qu’elle voulait dire par « je ne ressens presque pas la douleur » qui était t’elle pour ne pas ressentir la douleur ? Tout le monde ressentait la douleur, douleur physique ou bien mental, il était impossible de ne rien ressentir. J’avais vu des centaines d’hommes mourir de douleur et elle, elle… Cette jeune femme venait me dire qu’elle ne ressentait rien, alors pourquoi restait-elle là, sans rien faire tandis que des centaines de personnes mourraient chaque jour et des dizaines devaient être en train de perdre la vie au moment même ou nous parlions. Je me posais une autre question, des hommes, des soldats qui ne ressentaient pas la douleur que cela pouvait-il donner en plein combat ? Des hommes qui ne feraient pas attention à leur vie ? Ou bien qui seraient rempli d’encore plus de haine en voyant que chaque coups porté, chaque blessure ne provoque aucune sensation ?

Elle ne prenait toujours pas ma main que je laissais tendu dans sa direction, est-ce que je venais de faire une maladresse ? Cela n’était pas impossible, cependant j’avais fait ce geste par pur politesse et rien de plus. Décidément, j’avais tout oublié, combien de temps me fallait-il pour reprendre les vraies manières, les manières des gens normaux, des gens qui n’étaient pas partie aux combats. Je ne savais pas mais je voulais que cela revienne au plus. En partant je n’avais pas imaginé que j’aurais perdu tant de chose, de manières de ce comporter, de parler aux gens, enfin, non je ne parlais pas aux gens, je ne voulais pas entendre leurs malheurs qui enfin de compte n’étaient pas si grave, du moins pour moi.

Puis la jeune femme venait contre moi, elle se collait littéralement à mon corps, que me voulait-elle ? Je ne savais pas et je ne voulais pas le savoir, elle mettait ses mains autour de mon cou. Je pensais à cet instant que tout autre homme aurait été conquis, comblé de bonheur en voyant une aussi belle créature se jetait complètement sur lui. Je ne ressentais rien, pas de désire, mon cœur ne battait pas plus vite, non rien, je voulais qu’elle parte, qu’elle enlève ses mains pourtant si douce de mon corps, mon corps qui n’appartenait qu’à moi. Je n’avais pas le temps de dire, ni d’agir qu’elle prenait la parole ;

Un corps vide...? Non, le miens est rempli de chaleur, de douceur, mon corps est loin d'être vide, sentez, je suis collée contre vous, ne sentez-vous pas de la chaleur, vous ne la sentez pas ?...Vous n'êtes pas non plus dans un lieu vide, vous êtes dans un lieu plein de verdure, un lieu chaleureux, acceuillant, ici, nous sommes seuls, regardardez le sol, est-t-il rouge, est-t-il plein de sang et de corps ? Non, il est vert, d'un vert éclatant, vert comme la vie, même les arbres regorgent de vie, regardez autour de vous, videz-vous l'esprit, regardez, regardez....."

Elle disait ses mots, ses paroles, ses phrases toujours collé à moi et sur un ton sensuelle, enfin je croyais que c’était cela qu’on appelait sensuelle, enfin il était vrai qu’au final je ne savais pas. Mais il avait changé, il n’était plus le même, sa voie était encore plus douce. C’était donc sa une femme ? Une étrange créature qui sauter au cou d’un inconnu pour faire je ne savais quelles choses ? Il était vrai que son corps était chaud, tellement chaud, j’avais envie de rester contre elle, mais je ne pouvais pas, je ne voulais pas et surtout qu’avait elle derrière la tête et puis… Qui était-elle ? Je ne savais encore rien sur elle, non rien du tout, ni son âge ni son nom, elle n’avait pas encore donné son identité, mais je ne pouvais pas dire grand-chose étant donner que je n’avais pas donné la mienne, il fallait donc y remédier.

Je m’étais mes mains entre nos corps, le sien et le mien au niveau du ventre, je faisais bien attention à ne pas toucher sa poitrine, ses étranges formes que possédaient les femmes et qui étaient sacré pour elle et je la poussais légèrement, trouvant nos deux corps bien trop près à mon goût, même si cela n’allait pas lui plaire.
Je ne pouvais m’empêcher de reprendre mes habitudes de soldats en lui demandant son identité ;

-Votre matricule … Heu, pardon, qui êtes-vous je vous prit?

Les habitudes pouvaient être de si mauvaise chose, non pas matricule mais plutôt nom et prénom de la présente jeune femme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Contenu sponsorisé †





MessageSujet: Re: Et BOUUMM!!!! [PV Ny']   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et BOUUMM!!!! [PV Ny']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom's Gulf :: Le RP avec Kingdom's Gulf ♠ :: Les alentours de la capitale :: La foret sombre-