Kingdom's Gulf

Entrez dans l’Angleterre d'autrefois, entre riches familles et viles créatures qu'allez-vous choisir ? Le bien ou le mal ? Venez explorer toutes les facettes de se pays
 

Partagez | 
 

 Scarlet (validé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthur Bougainville

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 01/11/2011
Localisation : cloîtré dans son logis avec Elliot dans ses pattes =___=


Feuille de personnage
Age:: dans les 26 printemps
Profession:: jouer la comédie
Relations:

MessageSujet: Scarlet (validé)   Mar 1 Nov - 11:32

SCARLET (Arthur Bougainville, dit)


Personnage prédéfini: Oui [] Non [X]


Âge : dans les 25 ans

Date de Naissance :un 6 août

Nationnalité : française

Sexe : masculin

Orientation sexuelle : bisexuel

Groupe : Gemson

Profession : comédien


DESCRIPTIONS


L'art et la manière d'être tout et n'importe quoi :

    Plutôt grand, Arthur possède de beaux cheveux blonds aux nuances cendrées coupés court et des yeux d’un vert qui tourne un peu au jaune. Dans l'intimité, on peu découvrir sa véritable condition, car sur le haut de sa cuisse est incrusté un grenat écarlate.
    Sa peau plutôt pâle, ses manières affectées et son regard hautain trahissent un sang bleu.

    Quoi ? Comment ? Si je ne confonds pas avec la fiche de quelqu’un d’autre ? Que nenni ! je vous décris ici le personnage présenté ; mais vous le connaissez sans doutes plus sous les traits de son double fictif, Scarlet. C’est un personnage qu’il a totalement inventé de toutes pièces, pour cacher à lui-même et aux autres sa véritable identité.

    Scarlet est un être asexué à la longue chevelure écarlate et aux dents mystérieusement pointues; enfin, asexué..... disons qu’étant acteur, il peut être autant femme que homme, ce qui trouble le néophyte. De par son regard vert légèrement ambré, ses gestes gracieux et larges et la magie des costumes qu’ils portent, Scarlet peut jouer d’Antigone à Arlequin sans jamais faillir. Une robe ? le voilà jeune fille qui défend la jeunesse et son idée de bonheur immédiat. Une toge ? Il est sénateur romain comdamné par ses pairs, orateur grec grandiloquent ou perturbateur latin de maigre envergure. Un masque ? Un serviteur malicieux ou un vieux maitre réactionnaire se présentent à vous. Scarlet peut tout jouer, adaptant son physique aux moeurs de son personnage. Les tenues féminines lui feront ressortir sa grâce naturelle, sa peau blanche, ses cils longs et soignés, tandis que tout héros mâle montrera sa stature masculine et soulignera la ligne harmonieuse de ses abdominaux délicatement développés.
    Mais ceci est à la scène, me direz vous ! Et bien en société, il en est de même ; bien que personne n’ait l’idée saugrenue d’inviter un de ces suppôt de Satan que sont tout acteur chez lui ! Scarlet, durant ses vagabondages en ville, aime à se vêtir des costumes de son prochain rôle, histoire de faire un peu de promo facilement...

    Portrait rapide pour paresseux :
    - N’a aucune gêne à se travestir, et se mélange même parfois entre les genres...
    - Ses cheveux rouge sont en fait une perruque, tout comme ses dents pointues sont en fait des prothèses.
    - Bref, joue continuellement un personnage inventé de toutes pièces, et renie totalement sa véritable identité


Je pense donc je ne suis pas ce que je suis :
    Parlons d’abord d’Arthur, comme précédemment... Vraisemblablement, le pauvre hère est complètement fou, car il nie totalement sa véritable identité et les traits de caractère qui le définissait. En effet, c’était un être bienveillant, toujours prêt à aider, assez chétif. Bien sûr, son statut noble lui donnait une suffisance, un ton hautain et n’arrangeait pas son ego, mais il restait assez fréquentable malgré tout.

    Scarlet maintenant. Etant un être fait par et pour le théâtre, cette créature étrange peut décemment être inculpé de psychopathie légère. Il va peut-être trouver très drôle que votre chat soit mort et esquissera un sourire sans le faire exprès, ou n’éprouvera rien à se retrouver au bagne pour 15 jours. Votre tête va peut-être lui plaire, et alors il se mettra à lourdement vous faire des avances sous couverts de sous-entendus et doubles sens. Ou alors, votre visage ne lui reviendra pas, et alors il n’hésitera à jaser sur votre compte. Et ce n’est pas parce qu’il a passé le week-end à vous entrainer dans une chambre d’hôtel qu’il ne cassera pas du sucre sur votre dos le lundi !
    On peut également lui coller l’étiquette de schizophrène, car il s’investit parfois un peu trop dans son rôle. Où est le problème, pour quelqu’un qui vit de la dramaturge ? Et bien, par exemple de se retrouver tout seul, surtout quand on tente d’assasiner le confrère qui joue le rival amoureux de votre personnage dans la pièce du moment, ou qu’on drague par tous les moyens l’homme qui joue l’être aimé sur scène !
    Scarlet peut être assez violent, surtout si on tente de parler de Arthur. En effet, ce soi-disant frère jumeau maléfique de Scarlet serait responsable de la mort de leurs parents.
    Je pense que cela suffit pour démontrer le dérangement psychique de l'individu, car naturellement vous aurez compris que Scarlet est Arthur (et inversement); c'est le seul moyen qu'à trouvé son esprit pour combler les lacunes du genre que les Bougainville ont eu un fils nommé Arthur, qui étrangement est dans la même tranche d'âge que Scarlet.
    Mais donnons un peu de lumière à ce sombre portrait; Scarlet est doué d'une bonne mémoire, il a un talent inné pour jouer la comédie. Il fait vraiment revivre les personnages des tragédies antiques, et il peut se targuer d'avoir quelques admirateurs ! Ce qui, d'ailleurs, lui a permis de développer un ego de bonnes proportions, une vanité et une prétention exaspérantes et un ton un peu hautain avec les personnes qui n'apprécieraient pas les tragédies antiques.
    Mais l'exubérante créature est malgré tout un être fort civil (quand on oublie ses problèmes psychiques U_U) avec une assez bonne érudition. Il est lettré, a des notions de rhétorique et de beaux arts.
    Bon, un de ses passe-temps est aussi de claironner à qui veut l'entendre qu'il n'est pas humain, mais plutôt une sorte de démon hermaphrodite: après tout, il est comédien, et tout le monde sait que les comédiens sont des êtres blasphèmes pour oser mentir sur leur nature !



HISTOIRE



Étrange tournure que celle du destin :

    Certains êtres naissent différents des autres. Le jeune Arthur qui naquit un 6 août dans la demeure des Bougainville, une famille de petite noblesse française, était de ceux-là. Cadeau des dieux ou malédiction ? A vous de juger.

    En tous cas, on découvrit à la naissance qu’il portait un joyau incrusté à même la peau. Un joli rubis, de la taille d’une phalange, posé à même la chair de l’intérieur de la cuisse. Les parents, d’abord effrayés d’une telle anomalie, regardèrent bientôt leur fils avec la plus grande joie, car on leur avait appris qu’ils étaient les bienheureux géniteurs d’une des créatures les plus merveilleuses qui soient, un Gemson. Mais sur la question de la raison pour lequel le ciel leur avait fait un tel présent, personne ne sut leur répondre.Le petit Arthur grandit ainsi, choyé par sa famille et les domestiques, qui ne se lassaient jamais de jouer avec ce garçonnet enjoué.

    Mais il finit par arriver ce qu’il devait arriver ; les pierres précieuses attirent nombre d’esprits pervertis par l’argent et son pouvoir, et les Gemsons n’étaient pas forcément considérés par tout le monde comme des êtres humains à part entière, du fait de leurs caractéristiques physiologiques étonnantes. Et un jour la plaisante bâtisse qui fleurait bon la joie de vivre reçut la visite opportune de nuages noirs qui réclamaient qu’on envoie ‘’cette créature diabolique’’ loin de chez eux. Les visiteurs furent bien sûr éconduits rudement, mais ils revinrent, encore et encore.... Et bientôt, leur passage devint hebdomadaire chez les Bougainville.
    Et puis aux mécontents vinrent se mêler d’autres individus, au cœur rongé par le vice. Beaucoup avaient déjà du rouge sur les mains, et en avoir un petit peu de plus ne les dérangeaient donc pas. Ceux ci ne cherchaient pas tellement d’ailleurs à aider quelques villageois superstitieux, mais plutôt à grossir leur bourse, en revendant une belle pierre précieuse par exemple. Et de ‘’chassez ce monstre’’, le cri de revendication de la foule devint ‘’débarrassez-vous de ce démon ou nous le tuerons nous-même !’’. Mais bien sûr, personne ne céda et la situation comptait bien ne pas changer jusqu’à un âge où Arthur pourrait choisir de partir de lui-même. Pour l’instant, le pauvre petit était obligé de rester toute la journée, été comme hiver, enfermé dans le château, sans comprendre cette cruelle punition.

    Aujourd’hui était la nuit du 5 août, la veille de l’anniversaire du petit vicomte. Du haut de ses sept ans moins quelques heures, le jeune garçon ne pensait qu’à une chose : ce que comptaient faire ses parents pour la journée à venir, si importante. Subrepticement, il avait chipé la clé de sa chambre, que les servantes fermaient toujours pour la nuit. Et voilà une petite silhouette qui se faufile à petits pas dans le couloir, son ombre apparaissant et disparaissant au gré des caprices de la lune et des fenêtres. Il avait vu juste : Mère et Père n’étaient pas dans leur chambre, et en avaient même laissé la porte ouverte ! Tout heureux, l'enfant s'était alors dirigé à pas de loups vers le hall d'entrée, dans lequel il semblait se passer quelque chose. Doucement, il avait passé sa tête de l'autre côté du mur.
    Allongés sur le sol constellé de traces rouge et de taches grandissantes, Monsieur et Madame Bougainville tentaient, avec leurs dernières forces, de freiner plusieurs hommes armés de couteaux ensanglantés et d'intentions diaboliques. Autour, pressés par le choc de la découverte du but véritable de leurs compagnons, quelques villageois pâles comme la mort pesaient le pour et le contre de s'engager contre les meurtriers. Le petit garçon ne comprenait pas grand-chose à la scène, mais voyant un des mercenaires donner un brutal coup de pied dans l'abdomen de son père, Arthur courut se jeter sur lui pour le frapper à son tour, blessé qu'on maltraite son géniteur ainsi. Bien sûr, il n'obtint que de se faire soulever par le col comme un petit chaton et de voir la dentition en état de délabrement avancé de l'assassin, trop heureux d'avoir sans même chercher l'objet de sa visite sous la main. Il gigota, cria, pleura, mais l'homme ne le reposait pas et lui soufflait son haleine fétide de démon au visage. Alors, en désespoir de cause, Arthur tenta la dernière option qui se présentait à lui; étant un Gemson, on lui avait tout de même appris qu'il développerait des pouvoirs, histoire qu'il n'aille pas se croire possédé quand ceux-ci se manifesteront. le garçonnet essaya alors de réveiller son don exclusif, espérant que ce ne soit pas juste de faire pousser des fleurs au plafond ou teindre les fenêtres en rose.
    Rien. Il ne se passait rien. l'homme continuait de rire, alors que le pauvre gamin s'époumonait à éveiller un pouvoir qui avait l'air profondément enfoui. Arthur commençait vraiment à se sentir mal, car sous la peur et la concentration, il en oubliait de respirer. Et les autres malfrats qui ricanaient joyeusement, observant à tour de rôle la gemme de l'enfant, émerveillés. L'un d'eux en pleurait même ! Une larme coula sur sa joue, une larme..... rouge ?? Mais non, il saignait ! d'une fine plaie que la mère avait esquissé avec ses ongles. Pourtant, la coupure était à peine un trait de crayon sur le visage de l'homme, et voilà maintenant que deux grosses gouttes venaient de s'en échapper... Son voisin le regarda, interloqué. Puis ce fut un deuxième, un troisième... et bientôt, toute la bande entourait le prodige.
    Un villageois en profita pour attaquer et tracer une estafilade dans le dos du chef. Aussitôt, le sang jaillit, comme un torrent depuis trop longtemps comprimé. D'abord tétanisés, les autres habitants réunis ici commencèrent eux aussi à se rebeller, et bientôt de mercenaires, ils n'y eut plus que des morts, car ceux qui prenaient des vies ne méritaient plus la leur, tous baignant dans un immonde liquide cramoisi qui poissait le sol.
    Arthur, par toutes ces émotions, s'était évanoui. Quand il se réveilla, tous les cadavres étaient dehors, et le sol avait presque retrouvé sa blancheur immaculée. Il ne garderait sans doutes que des souvenirs très flous, vu son jeune âge. Mais s'il avait gagné un don exceptionnel, il avait aussi perdu quelque chose de très précieux: ses parents. Mais les villageois décidèrent de l'adopter, en mémoire du vicomte et sa femme, qui avaient toujours été forts aimables avec eux.

    Quelques années passèrent, et Arthur reçut toute l'éducation dû à son rang, grâce aux cotisations de tous les villageois. Il était heureux et se sentait chez lui dans tout le hameau, comme étant un peu le fils prodige de tout le monde. Son don se révélait fort utile pour la mise à mort des animaux ou quand quelqu'un devait être opéré. Bref, rien ne semblait pouvoir aller mieux. Mais son adoption et tous les privilèges qu'on lui accordait faisaient grincer quelques dents, en particulier ceux qui étaient là ce fameux jour; ils savaient fort bien de quoi retournait réellement le pouvoir du Gemson qui cohabitait avec eux, ce qu'il était capable de faire à partir d'une simple petite coupure.

    Un jour, l'un des villageois se fit arracher la jambe par un ours. Naturellement, on mena tout de suite le blessé grave devant Arthur, pour qu'il calme l'hémorragie. Mais il n'avait encore que douze ans, et la veille l'avait déjà laissé fourbu avec quatre opérations presque coup sur coup; malheureusement, il ne put rien faire pour le malheureux, qui mourut sous ses yeux et ceux du village. Tous étaient fort peinés, et Arthur le premier, mais pas autant que le fils qui venait de perdre son père, qui, sous le coup de la colère, commença à déverser sur le pauvre gamin des insultes. Arthur le laissait déverser sa rage sur lui.
    «Sale..... ! Comment as-tu osé tué mon père ?
    - Tu sais bien que je ne pouvais rien faire... Mais je sais ce que ça fait de perdre ses parents... je suis vraiment désolé.
    - Désolé ?! Ca tu peux l'être, salaud ! Tu n'as plus ton père, alors tu te venges sur ceux qui en ont encore un !
    - Pas du tout, je....
    - Ha mais non, suis-je bête ? Tu es un monstre, c'est vrai ! Après tout, c'est toi qui les as tué déjà, tes propres parents !
    - QUOI ?!! Comment oses-tu dire ça ? la colère t'aveugle...
    - Comment crois-tu qu'ils soient morts ? j'étais là, tu sais... Ce n'est pas un seul coup de couteau qui vous vide de tout votre sang ! Tu n'y as jamais réfléchi ? c'est toi qui les fait se vider comme des poulets égorgés !»
    Arthur regarda autour de lui: tous s'étaient tus, tous avaient déjà songé à cela, ne serait-ce qu'une mince petite fois, tous avaient déjà soupçonné que le pouvoir de cet enfant n'était pas étranger à la fin tragique des époux Bougainville. Il pâlit, tandis que d'amères larmes lui montaient aux yeux. Et il s'enfuit en courant hors du village. Pour ne plus jamais revenir.

    Perdu, détruit psychologiquement et rapidement affamé, Arthur arriva finalement jusqu'à une bourgade, mais toute envie de vivre avait disparu. Il survit néanmoins quelques jours en volant quelques passants et en chapardant sur les étals du marché, par instinct de survie. Et puis arriva ce qu'il attendait tant : il allégea la mauvaise personne, ici un soldat. Aucun doute, le volé allait faire justice lui-même !
    Mais au lieu de ça, Arthur se retrouva à signer d'étranges papiers sans vraiment y comprendre quelque chose. Et il se retrouva dans l'armée, où son agilité, son adresse et sa témérité serviraient. Bien sûr, ses dix petites années d'existence ne lui permettaient pas encore d'aller sur le champ de bataille, et il fut amené dans une école de formation militaire.
    Le premier endroit qu'on visite dans ces cas là, c'est l'infirmerie. Bah oui, c'est bien beau de pêcher des recrues écervelées à tous les coins de rues, mais faut-il encore qu'elles ne soient pas malades et qu'elles résistent à l'entrainement machiavélique des instructeurs jusqu'à leur majorité ! Et durant un examen médical complet, il arrive une chose: on se retrouve à se faire examiner par un inconnu, entièrement nu. Et c'est ainsi qu'à peine une semaine après s'être enfui de ce village, Arthur se retrouva à se préparer pour le champ de bataille en tant que future arme ultra secrète.
    Au début, ce ne furent bien sûr que des entraînements destinés à l'endurcir et l'endoctriner; mais rapidement on requerra sa présence sur quelques fronts, et à 14 ans, Arthur avait déjà quelques exploits de massacre d'ennemis à son actif et était de toutes les batailles de son régiment. Mais à quatorze ans, il comprenait déjà toute l'horreur de ses actes et commença à développer un dégoût de ces gens qui l'obligeaient à faire le mal. Sa haine était si forte, que lorsqu'il se fit capturer par des soldats anglais alors qu'il entrait à peine dans son quinzième hiver, ce fut presque un soulagement.

    Le jeune homme avait beau être un ennemi, la plupart du bataillon anglo-saxon avait une femme, une mère et surtout une progéniture qui l'attendait à la maison, et fusiller directement leur capture leur était trop horrible; ils l'enfermèrent dans une sorte de geôle construite exprès pour lui, attendant soit qu'il essaie de s'échapper pour pouvoir le trucider lâchement mais avec une raison légitime pour leur conscience paternelle, soit qu'il serve de boniche. Curieusement, du moins pour l'âme belliqueuse des fantassins, Arthur ne se fit pas prier pour faire la lessive et toutes sortes de corvée contre sa sortie; tout, sauf de nouveau enlever des vies à ses semblables.
    Ainsi libéré, il apprit vite le dialecte local et en un rien de temps connaissait tous les habitants du camp par leur prénom, leur grade et leurs surnoms. Il participait au rangement, aux cuisines et aux corvées en général, mais il se sentait enfin heureux, comme chez lui. Bien sûr, au début on le traita comme un parasite et un chien, mais voyant qu'il n'étais pas retors, qu'il chômait dur sans trop se plaindre et surtout qu'il ne portait pas tant que ça son ancien régiment dans son coeur, les soldats, toujours avec cet esprit paternel, finirent par devenir bien plus indulgent avec le pauvre adolescent, et commencèrent même à l'intégrer doucement dans leurs divertissements. Mais celui-ci restait assez fermé, bien que l'on fasse tout pour lui faire raconter son passé, ses déboires, bref ce qui l'avait conduit dans l'armée.
    Mais personne ne le jugeait pour ça ou le regardait de haut; même lorsque, tant apaisé de ce climat, il divulgua sa nature Gemson à ses nouveaux camarades. Arthur se sentait au paradis, malgré l'arrière-fond de batailles sanglantes qui revenaient à chaque instant. L'image des combats était loin derrière lui, maintenant. il avait enfin une famille, depuis bien longtemps.

    Mais tous les jardins d'Eden ont une fin tragique, et celle-ci arriva quand l'adolescent eut le malheur d'avoir 18 printemps. Le chef en charge de son régiment avait changé depuis son arrivée, et celui-ci avait décidé sans souffrir le moindre refus de ses subordonnés que le jeune Gemson servirait fort bien de super soldat, à la manière dont il avait déjà servi chez les Français. Il était habitué non ? Et puis ces solides créatures surhumaines avaient une solide constitution qui démontrait parfaitement le but ultime de leur existence, servir d'esclaves. Ce qu'il était d'ailleurs, car c'est ce qu'il avait accepté, répondre à tous les ordres ou rester enfermé.

    Et voilà comment le pauvre Arthur, une nouvelle fois, se retrouva en fuite, complètement détruit psychologiquement. Et il réfléchissait, dans ces semaines d'errance, et il en arriva à une conclusion fatale pour son équilibre mental : au fond, ce n'étaient pas les autres les monstres, qui osaient l'utiliser, mais bien lui ! Lui qui pouvait tenir dans ses mains, par la seule force d'un ridicule caillou brillant dans sa chair, la vie d'un autre être vivant ! Lui, qui attirait tous ces criminels, comme un aimant ! Lui qui était doublement la cause de ses parents ! Lui, en qui on fondait tous les espoirs, qui avait laissé mourir le père de son accusateur ! Lui, qui propageait la mort.... Vous l'aurez compris, c'est à partir de là que la conscience de Arthur commença à basculer et qu'il s'apprêtait à sombrer dans la folie la plus totale.

    Mais il devait encore survivre, continuer à nourrir ce corps si imprégné du sang des autres, car seul son âme était diabolique, pas son corps. C'était son esprit qui avait permis ces agissements, c'est lui qui devait disparaître, qu'il fallait détruire ! Et donc Arthur commença petit à petit à se façonner un nouveau "lui", sous couvert de s'inventer une fausse identité pour éviter le tribunal militaire.
    Il gardait son prénom, mais c'est surtout l'apparence qui comptait pour éviter d'être reconnu ! Et quoi de mieux pour changer de physique que les mystérieux artefacts de ces dérangeantes créatures qu'étaient les habitants des théâtres ? Et puis, Arthur avait des dons pour se faufiler sans bruit maintenant, et les coulisses étaient chauffées parfois...
    Ce furent d'abord quelques vêtements, chose qui arrivait ma foi trop souvent, tant il y avait de guenilles par les rues, et donc qui passait inaperçue, puis par ici une perruque, là un fard et ci-bas un manteau qui se mirent à être introuvables...
    Mais on a beau être mal vu par presque toute la population, on en est pas complètement idiot, et Arthur finit par se trouver face à un homme alors qu'il avait encore allégé l'armoire des comédiens de quelques artifices.
    Le premier réflexe du jeune homme fut d'attaquer bien sûr cet acteur, le second d'ouvrir des yeux comme des soucoupes quand celui-ci, ayant tranquillement bloqué chaque coup de Arthur presque nonchalamment, lui proposa de discuter de son comportement de pécheur autour d'un gâteau et d'une infusion, parce qu'on était quand même au beau milieu de la nuit.

    Et sans bien comprendre ce qu'il lui arrivait, Arthur se retrouva en moins de deux à moitié adopté par un vieil acteur au bord de la retraite et en mal de progéniture aimante. Lui qui était habitué aux règles des ruelles, au lois martiales des armées et être un peu de trop pour certains, il avait bien du mal à comprendre ce que lui voulait cet être qui avait le double de son âge. Mais il ne mit pas longtemps à ne plus rechigner le gîte et le couvert que lui offrait ce bienfaiteur !
    Puis, en plus du café le matin, du déjeuner et du dîner, Arthur commença à partager aussi des connaissances avec son logeur. Et oui, l'acteur, lui sentant une fibre positive pour la comédie, commença à distiller entre deux discussions à sens unique avec ce jeunot peu loquace quelques us et coutumes dramaturgiques, quelques citations de pièces célèbres dans le milieu et surtout l'art et la manière de jouer ce que l'on est pas. Bien sûr, l'homme s'était rendu compte qu'il y avait un problème avec son colocataire, car jamais il n'avait pu lui faire décocher son nom, son lieu de naissance ou quoi que soit d'intime, mais qu'importe ! Son pupille avait soif de savoir sur les méthodes pour être un autre, et lui ne voulait qu'un héritier pour aller agoniser dans un hospice de charité l'âme tranquille.

    A ses vingt ans, le vieux comédien décida que son protégé était prêt à mettre en pratique ses savoirs, et il le proposa en figurant à sa troupe. Et Arthur commença sa carrière d'artiste de théâtre.

    A 21 ans, Scarlet était prêt à devenir un véritable acteur. Oui, Scarlet, car à partir de là, on peut dire que Arthur a disparu. Le noble Arthur a cédé son corps à cette créature née par et pour le théâtre qu'est Scarlet. l'évènement décisif fut l'agonie de ce cher acteur qui l'avait recueilli. Car à force de traîner sans réfléchir dans sa jeunesse, le comédien avait fini par attraper un joli mal qu'on nommait petite vérole presque affectueusement; et si les médicaments avaient bien contenu l'horrible monstre quelques années, maintenant le comédien n'avait même plus la force de se soigner. Mais qu'importe, il avait un héritier, sa vie avait eu un but. Et quelques heures avant, sentant la Faucheuse arriver sous peu, il pria son fils d'adoption de lui donner ce lourd passé qui lui avait clos les lèvres tant de temps, histoire qu'il l'emmène avec lui dans les Limbes éternelles. Et Arthur, pour la dernière fois sous ce nom, lui raconta au creux de l'oreille tout ce qu'il avait vécu, vu et fait. Ce soir là, le dernier mot de ce récit vit l'extinction de deux consciences.

    Bientôt, Scarlet se fit connaître le milieu, autant par son talent que par ses frasques, et il passait d'une troupe à l'autre au gré de ses agissements. Mais il s'en fichait, et après tout, certains fans aussi.






Ces êtres auquel on s'attache :

    Bah génétiquement, toute personne qui s'appelle Bougainville appartient à sa famille U_U
    Mais sentimentalement, la grande guilde des comédiens, en particulier ceux de sa troupe sont les seules personnes qui comptent vraiment, pour l'instant !
    Et sinon, ses parents sont morts et on ne lui connaît pas de frères ou soeurs.

Ce pourquoi il y a peu de gêneurs

    Peut agir sur la fluidité du sang en général (le faire coaguler vite, ou plus généralement, l'empêcher de coaguler)


Une vie antérieure

Spoiler:
 

Qui es-tu, toi dans les coulisses ?



Pseudo/Surnom: Je vous fais confiance pour m'en trouver plein XD On a déjà Scarleto par Alexandra U_U'

Age: Comme tout le monde m’a l’air bien précis sur son âge, je dirais juste que je suis plus jeune que mon perso U_U
Mais j'ai plus que 16 ans ^^

Comment avez-vous trouvé le forum: En cliquant sur le lien U_U

Niveau RP: De plutôt bon à un peu court...

Que pensez-vous du forum: ... M’ouais >.> Nooon, je rigole, très bien ^^

Remarques/Idées: Euuuuuuuh vénérez-moi ?

Code: code validé par Angela



Dernière édition par Scarlet le Mar 6 Déc - 18:16, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angela Kyumi
co-fondatrice
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 10/06/2011
Age : 23
Localisation : La ou le vent me porte ~~~~


Feuille de personnage
Age:: 18 été ou printemps, comme bon vous semble
Profession::
Relations:

MessageSujet: Re: Scarlet (validé)   Mar 1 Nov - 11:40

Bon, bienvenue ici Scarlet ou Arthur.
Ta fiche n'étant pas terminée nous te donnerons les modification à faire (s'il y en a) plus tard.
N'oublies pas de mettre ton avatar, retourne chercher la totalité du code qui se trouve dans le règlement s'il te plait, il est aussi demandé un nom et prénom... Je sais je suis chiante ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nielle Naring
co-fondatrice
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/10/2011
Localisation : Quelque part dans le noir


Feuille de personnage
Age:: dix sept ans
Profession:: Future baronne...
Relations:

MessageSujet: Re: Scarlet (validé)   Mer 23 Nov - 10:15

La validation divine à quelques soucis... Malheureusement pour toi, elle est pas encore disponible^^'

Dans l'ensemble, c'est pas mal. Il y a cependant quelques problèmes, des choses incohérentes, notamment la différence entre Arthur et Scarlet : tu dis que les deux existent, puis qu'ils sont frères, un seul, l'un a disparu... Enfin, c'est pas clair clair et donc ça ne va pas trop...
Ensuite, certaines choses sont un peu tirées par les cheveux, il n'a que vingt quatre ans et déjà on pourrait remplir une bonne vie et demie avec ses déboires divers... De plus, je vois très mal pourquoi une bande de militaires "adopterai" un blanc-bec rien que parce qu'il a un triste passé, surtout qu'apparemment il ne veut pas en parler...
Enfin, sa bande... Il en est le chef, d'accord, et c'est une bande de voleurs, si j'ai bien compris, mais à part ça, ils font quoi dans la vie? Il faudrait vraiment, ou que tu développe ça, ou que tu le changes completement, parce que je suis assez perdue...

C'est à peu près tout, je vais te laisser te débrouiller avec ça, et oui je sais je suis casse-pieds ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Bougainville

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 01/11/2011
Localisation : cloîtré dans son logis avec Elliot dans ses pattes =___=


Feuille de personnage
Age:: dans les 26 printemps
Profession:: jouer la comédie
Relations:

MessageSujet: Re: Scarlet (validé)   Mar 6 Déc - 18:24

Bon U_U
j'ai pas changé grand-chose, c'est vrai U_U
j'ai essayé de clarifier Scarlet/Arthur U_u (Scarlet est le pur produit de la schizophrénie de Arthur, c'est une double personnalité, mais permanente, vu que "Arthur" a été plus ou moins effacé ^^') J'espère que c'est plus clair U_U (c'est pas gagné, moi je vois pas ce qui est pas clair, pour moi ca l'est XP)
j'ai enlevé la troupe bizarre, c'est vrai que c'était un peu mal fichu comme truc U_U
j'ai essayé de réduire l'histoire, et bah >.> j'ai enlevé quelques détails, j'ai changé un peu le passage dans le bataillon anglais... on a perdu au moins....... pouuuuh ! deux lignes et demi ?

Alors, Messire Admin suprême Nielle, cela est-il plus à votre convenance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Invité †
Invité




MessageSujet: Re: Scarlet (validé)   Mer 7 Déc - 9:52

Bon je te couhaite quand même la bienvenu =)

J'adore ta façon d'écrire OwO
J'ai dévoré ton histoire bon certaine partie était flou mais j'aime bien bonne Chance pour ta validation qui arrive =)
Revenir en haut Aller en bas
Nielle Naring
co-fondatrice
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 27/10/2011
Localisation : Quelque part dans le noir


Feuille de personnage
Age:: dix sept ans
Profession:: Future baronne...
Relations:

MessageSujet: Re: Scarlet (validé)   Mer 7 Déc - 9:57

Admin suprême? C'est de la perversion de personnel ça! xD
Bon, c'est bien mieux, et comme gabi a fait sa maso et qu'elle a lu ton histoire et comme je ne vais tout de même pas te faire languir plus longtemps, tu es... Validé!

_________________


Petites roses aux doux pétales...
Une rose de ma tite soeur Gabri!

Une rose pleine d'épines de ce cher ami qu'est Alone...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Contenu sponsorisé †





MessageSujet: Re: Scarlet (validé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Scarlet (validé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Fiora Scarlet [Validé]
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Scarlet
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom's Gulf :: Là ou tous commence :: Présentations :: Validées-